Faire racheter ses crédits : nécessaire en temps de crise

Crédit immobilier - Par Alix GUINET

« Erreur de la banque en votre faveur », voici une phrase que les joueurs de Monopoly ont très certainement entendu maintes et maintes fois mais sur laquelle les emprunteurs semblaient avoir définitivement tiré une croix. Devant le niveau particulièrement attractif des taux, ils sont pourtant de plus en plus nombreux à profiter, non pas d'une erreur de la banque, mais d'un dispositif financier extrêmement avantageux : le rachat de crédit.

Dans son dernier palmarès des taux de crédit, Meilleurtaux a mis en lumière une énième baisse des taux d'emprunt. Un repli qui a permis au courtier d'observer des taux pouvant parfois descendre bien en-deçà de la barre des 3 % pour un prêt immobilier souscrit sur 20 ans (avec un record établi à 2,72 % à Strasbourg). Si de tels niveaux étaient il y a encore quelques mois impensables, il s'agit bel et bien d'une réalité dont entendent tirer profit un maximum de ménages.

Certes insuffisante pour relancer à elle seule un marché de l'immobilier en berne, la baisse des taux représente toutefois pour les particuliers une réelle bouffée d'oxygène en matière de pouvoir d'achat. Renégocier son crédit apparaît donc aujourd'hui comme une nécessité pour bon nombre d'emprunteurs qui n'hésitent plus à franchir le pas. Au cours du mois de janvier, ils auraient ainsi été près de 20.000 à déposer un dossier de rachat de crédit auprès du courtier Meilleurtaux (contre 8000 fin 2012).

Solution idéale pour que les emprunteurs ayant contracté leur prêt immobilier il y a quelques années puissent également bénéficier des taux bas actuels, le rachat de crédit doit toutefois, pour être véritablement avantageux, respecter certaines règles. Si la souscription d'un nouvel emprunt destiné à solder le prêt en cours peut s'avérer profitable, Maël Bernier, porte-parole du courtier Empruntis précise que « le capital restant à rembourser doit être supérieur à 50 000 euros et l'écart de taux entre celui du crédit en cours et celui qui peut être obtenu doit approcher d'un point ».

Quant au gain qu'un emprunteur peut retirer de son rachat de crédit, la directrice des études économiques de Meilleurtaux, Sandrine Allonier, estime qu'il se porte en moyenne à 25.000 euros. Cette dernière souligne toutefois que « plus le montant du prêt est élevé et plus sa durée est longue, plus l'économie sera importante ». De quoi inciter bon nombre de ménages endettés à reconsidérer la renégociation de crédit d'un œil nouveau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire