Regroupement de crédits : solution-miracle ou arnaque ?

Le regroupement de crédits souffre d'une réputation sulfureuse auprès de nombreux ménages français. A tort d'après meilleurtaux.com. Pour les en convaincre, le courtier bat en brèche les principales idées reçues véhiculées à son endroit et détaille les atouts d'un tel mécanisme.
Le regroupement ou rachat de crédit (RAC ou RC) consiste à regrouper l'ensemble des prêts immobilier et/ou à la consommation contractés par un ménage en un unique crédit sur une durée plus longue et par conséquent de réduire ses mensualités. La mauvaise réputation dont pâtit ce mécanisme n'est pas justifiée, selon Hervé Hatt, président de meilleurtaux.com. Si certains ménages ont été par le passé abusés par des professionnels peu scrupuleux, l'évolution de la réglementation, notamment par le biais d'un décret publié en 2012 a permis d'assainir ce marché.

Mais comme les idées reçues ont souvent la peau dure, le courtier souhaite faire toute la lumière sur ce mécanisme qui n'est a priori ni arnaque ni une solution-miracle.

- Idée reçue n°1 : le RAC est réservé aux personnes surendettées
Nombreux sont ceux à supposer que le regroupement de crédits est réservé aux personnes en situation de surendettement. « Contrairement aux idées reçues, le rachat de crédits n'est pas destiné aux surendettés - qui n'y sont d'ailleurs pas éligibles - mais à tous les particuliers ayant deux crédits et plus en cours. Ainsi, près de 20 % des Français sont potentiellement concernés » explique Eric Ghiringhelli, directeur du rachat de crédits chez meilleurtaux.com

- Idée reçue n°2 : le RAC ne sert qu'à diminuer les mensualités de ses prêts
Le rachat de crédits est avant tout un moyen de réduire ses mensualités lorsqu'un ménage éprouve des difficultés pour équilibrer son budget à cause d'un nombre important de crédits à rembourser. Quels sont les indices révélant un besoin de regroupement de crédits ? L'utilisation fréquentes du découvert bancaire, le recours aux facilités de paiement des cartes de crédit, non paiement des échéances de prêts peuvent inciter un ménage à envisager le recours à un RAC. Meilleurtaux.com conseille de considérer le recours à un RAC à partir d'un taux d'endettement de 50 %.

Le regroupement de crédit peut également servir à redonner de l'air à son budget afin de réaliser de nouveaux projets. Cette opération peut ainsi permettre de faire face à une baisse de revenus (perte d'emploi, divorce, passage à la retraite...), d'anticiper une hausse de charges (étude des enfants, succession...) ou encore de réaliser de projets avec des crédits en cours (achat d'une voiture, travaux...).

- Idée reçue n°3 : le RAC ne permet pas de recourir à un prêt immobilier
Le regroupement de crédits peut permettre d'accéder à un prêt immobilier que ce soit pour acheter pour la première fois ou même réaliser un investissement immobilier notamment pour acquérir des parts de SCPI. « Dans un contexte de plus grande sélectivité des banques, on conseille de rembourser ses crédits à la consommation afin de mettre toutes les chances de son côté pour obtenir un crédit immobilier. Mais ce n'est pas toujours possible... Regrouper ses crédits peut être alors une solution pour réduire son taux d'endettement et augmenter sa capacité d'emprunt afin de devenir propriétaire » précise Hervé Hatt, président de meilleurtaux.com.

Regrouper ses crédits en une seule et unique mensualité n'est ni une solution-miracle ni une arnaque. Répondant à un besoin, ce mécanisme engendrera un coût supplémentaire qui comprend le paiement des intérêts, le remboursement des prêts et des frais de dossier mais à condition de faire appel à des professionnels qualifiés le coût peut être raisonnable. Pour plus de transparence meilleurtaux.com affiche les taux susceptibles d'être pratiqués dans le cadre d'un regroupement de crédit. Le courtier rappelle également que viennent s'ajouter les frais de dossier, d'assurance et dans certains cas les frais liés à la mise en place d'une nouvelle garantie hypothécaire. 18/12/2013 - 17:27 - Sicavonline

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire